Foire aux questions sur l'Espéranto

Note préliminaire

  1. Qu'est-ce que l'espéranto?
  2. Si l'espéranto est si bien..., pourquoi ne l'a-t-on pas encore adopté dans le monde entier?
  3. L'espéranto, c'est nul!
  4. L'espéranto est une langue occidentale, comme l'anglais. Est-ce qu'il n'est pas aussi difficile que ce dernier pour les Orientaux?
  5. L'espéranto est une langue artificielle!
  6. Pour qu'une langue fonctionne bien, elle doit être naturelle, c'est à dire qu'elle doit être née dans un pays donné, possédant une culture propre.
  7. L'espéranto n'est qu'un code sans envergure, qui peut convenir comme jeu d'enfants, mais qui n'est pas propre à développer une littérature et une culture d'envergure, commes celles de l'anglais ou de l'espagnol, par exemple.
  8. L'espéranto est une langue qui n'évolue pas.
  9. Si l'espéranto évolue, au bout d'un certain temps, des dialectes différents apparaitront, ce qui fait qu'en quelques années il se créera des langues différentes, et que les barrières linguistiques réapparaitront.
  10. L'espéranto est une langue sans culture.
  11. Personne ne parle espéranto. C'est une tentative avortée.
  12. L'espéranto est une utopie!
  13. Comment peut-on apprendre l'espéranto?
  14. "Espérantiste", ça sonne comme "adventiste" ou "spiritiste". Est-ce que l'espéranto est une secte?
  15. Qui sont les espérantistes? Que sont-ils?
  16. Est-ce que vous croyez, qu'un jour tout le monde sera obligé d'apprendre l'espéranto?
  17. Qui sont les ennemis de l'espéranto?
  18. Si les ennemis de l'espéranto sont puissants au point d'en empêcher la diffusion, pourquoi s'occuper d'une langue qu'on n'adoptera jamais dans le monde?
  19. Je l'apprendrais bien, mais personne nulle part ne le parle..., comment pourrait-il me servir?
  20. Si tant de gens désapprouvent l'espéranto..., ils doivent avoir raison.
  21. Pourquoi la plupart des espérantistes sont-ils des personnes âgées?
  22. Combien de gens parlent l'espéranto dans le monde?
  23. L'anglais est le latin du XXème siècle. On n'a pas besoin de l'espéranto.
  24. Les lettres accentuées constituent une difficulté inutile, qu'on remarque principalement dans les médias modernes, comme l'internet.
  25. Les sons comme H et ¦ sont durs à prononcer, tout comme les groupes sc et nkc.
  26. Vous avez raison en tout ce qui a été dit, et on devrait diffuser l'espéranto sur toute la planète. Mais hélas, il y a déjà trop d'intérêts engagés, et nous pensons qu'il n'est pas possible de faire quoi que ce soit pour changer cette triste réalité: l'anglais s'impose par la force, et il n'y a rien à faire.




1.Qu'est-ce que l'espéranto?

"Esperanto" était le pseudonyme qu'avait adopté le créateur de la "Internacia Lingvo" (Langue Internationale, c'est ainsi qu'il l'avait appelée) et qu'il utilisa aussi pour signer la première grammaire de cette langue en 1887. Le temps passant, la langue fut connue comme la langue du Docteur Espéranto, ou simplement l'espéranto. Dans cette langue, cela signifie "celui qui espère", et c'est un nom propre. C'est pourquoi en espagnol on doit souligner la première lettre par une majuscule, comme en sanscrit ou en swahili, bien qu'on ne le fasse pas en français ou en anglais ni dans d'autres langues, car le nom est en fait un adjectif.

L'espéranto vit le jour comme langue neutre et internationale pour dépasser les barrières linguistiques et culturelles, et n'a que 16 règles de grammaire sans aucune exception. L'écriture en est entièrement phonétique, bien qu'il y ait six lettres que les ordinateurs ne peuvent pas encore écrire par la faute ou la négligence des programmateurs qui font les systèmes, et ceci bien que quelques-uns comme Windows - puissent déjà les reproduire.


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~























2) Si l'espéranto est si bon, pourquoi tout le monde ne l'a-t-il pas déjà adopté ?

Il y a des causes économiques, culturelles, politiques, mais la principale consiste en une désinformation délibérée, qui lui nuit depuis plus d'un siècle.

  1. Economiques: la langue imposée au reste du monde (hier le français, aujourd'hui l'anglais, demain peut-être l'allemand ou le japonais) procurent à leurs pays d'origine une grande quantité d'argent comme les copyrights de films ou de livres. Ils diffusent aussi des habitudes et des modes de vie qui créent des besoins pour des marchandises particulières, comme les jeans et le Coca-Cola, ce qui procure de l'argent à la métropole.
  2. Une culture s'appuie sur la langue, et la culture anglo-étasunienne s'est la plus répandue dans le monde, comme on peut le voir sur nos écrans de télévision, qui nous informent plus généreusement des problèmes des habitants de New-York ou de la Californie que de ceux de Kyoto, Katmandou, Addis Abeba ou Tenerife.

  3. Politiques: les canaux d'information officiels coulent dans une direction unique: de haut en bas. La mode, les goûts et les modes de pensée viennent toujours du monde anglophone, sauf pour les broutilles. L'information est le pouvoir, et celui qui contrôle l'information peut contrôler notre opinion et la façon de penser de toutes les nations. Si je peux parler une langue aussi facilement que la mienne avec un ami de Perse -par exemple- qui maitrise cette langue aussi facilement que la sienne, c'est dangereux pour ceux qui craignent la vérité, car je m'approche tellement de sa culture, que je reconsidère beaucoup de "vérités" officielles et que la supériorité supposée des modes de vie et de pensée occidentaux présentent alors peut-être un autre visage, moins désirable que ce qu'on pense généralement. Si seulement quelques-uns d'entre nous sont capables de cela, c'est sans conséquence pour les pouvoirs occidentaux, car cela ne fait que quelques originaux s'écartant du troupeau. Mais si nous faisions tous de même, beaucoup de politiques devraient être reconsidérées, en particulier celles relatives au Tiers-Monde, car quand des mensonges officiels télescopent la vie réelle des gens, ces derniers réagissent contre ceux qui les ont proférés.
  4. Ethiques: la loi du plus fort ne tolère pas que les autres aient un pouvoir de décision. Si tous les peuples de la Terre étaient écoutés, il n'y aurait pas autant de différence entre le Nord et le Sud. A l'ONU on peut écouter tous les pays, mais seulement dans l'une des sept langues les plus puissantes, qui marginalisent les deux mille neuf cent quatre-vingt treize autres! Or, on n'exprime exactement ce qu'on veut dire dans aucune autre langue que la sienne propre, et s'il est nécessaire de se battre pour une proposition ou un amendement, c'est sa propre langue qui est la plus appropriée. C'est le plus grand problème à l'ONU, et ce que veut éviter l'Union Européenne par son chimérique plan plurilingue, qui engloutit les trois quarts du budget. Quand ces messieurs-dames européens ont fini de parler, il reste très peu d'argent pour réaliser ce qu'ils ont dit qu'ils feraient, car ils ont déjà dépensé presque tout ce qui était disponible pour traduire leurs discussions. En fait, l'usage exclusif de l'anglais dans les relations internationales a déjà produit le résultat indésirable de considérer condamnable tout ce qui n'est pas anglais, par exemple l'usage du voile des musulmanes, ou les turbans hindous, qui sont aussi dignes de respect que la fidélité conjugale ou la charité chrétienne.

    Si l'on pouvait discuter de cela sur un pied d'égalité et de camaraderie entre personnes de diverses cultures, l'édifice s'effondrerait, car l'information ne serait plus filtrée par les traducteurs, les interprètes et agences de presse qui censurent -consciemment ou non - toute celle qu'ils transmettent, en fonction d'une série d'intérêts créés par le système, parmi lesquels leur statut d'intermédiaires n'est pas le moindre.

    C'est pourquoi aucun pays n'investit un seul centime pour aider à la diffusion d'une langue facile, fiable et démocratique, qui respecte les droits des habitants à s'exprimer comme ils le désirent. Avoir existé de façon continue depuis un siècle, et être parlé dans le monde entier est la garantie qu'en fait, l'espéranto est bien étonnament efficace.


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


4) L'espéranto est une langue d'Europe occidentale, tout comme l'anglais. N'est-elle pas aussi difficile que l'anglais pour un Oriental?

Si le créateur de l'espéranto est né en Pologne (Europe), il ne s'ensuit pas que le résultat de son travail soit également exclusivement "occidental", ne serait-ce que parce que sa langue maternelle était le yiddish, et qu'il connaissait aussi l'hébreu, qui n'est ni européenne, ni occidentale.

Pourtant, Zamenhof -qui parlait quelques langues aussi bien orientales qu'occidentales- conçut sa langue de telle façon que les structures et les mots soient reconnus de tous. La conjonction de coordination "kaj" a été empruntée au grec ancien. Le "ou" a une parenté avec l'arabe.

Mais la plus grande qualité de l'espéranto, son absence total d'exceptions, le fait plutôt ressembler au chinois, car cette langue aussi est très régulière. Si, malgré tout ce qui vient d'être dit, vous pensez encore que l'espéranto est occidental, reconnaissez au moins, que mieux vaut pour un oriental une langue occidentale facile, que l'une ou l'autre des plus difficiles et illogiques langues d'Europe, dont les "vertus" internationales sont basées sur l'argent et une puissance militaire "dernier cri"...


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


5) L'espéranto est une langue artificielle.

Bien sûr. On ne l'a pas trouvé au fond d'une mine, d'une rivière, ou d'une forêt. Elle est artificielle... comme les autres langues. Comme la télévision, nos satellites ou nos automobiles.

Si par "artificielle", on veut dire une langue qu'on n'a pas appris dans le foyer familial, de ses parents, selon un processus naturel qui se base sur des besoins immédiats et réels de communication, alors en Espagne toutes les langues extérieures (c'est à dire toutes, sauf l'espagnol, le catalan, le basque et le galicien) sont artificielles. Cela veut dire qu'en Espagne aujourd'hui on enseigne dans les écoles d'état quatre langues artificielles: l'anglais, le français, l'allemand, et l'italien. En outre, ces langues sont enseignées au moyen d'une institution parmi les plus artificielles qui soient: l'école, qui elle-même n'existe pas dans la nature.

On accorde une connotation péjorative au mot "artificiel", mais c'est parce qu'on ignore que ce mot provient des mots latins "facio", qui signifie "faire", et "ars", qui signifie "art". En réalité c'est plutôt l'habileté qu'il devrait évoquer dans nos esprits ! Et en effet, l'espéranto est bien une langue faite avec tant d'habileté et d'efficacité, que l'on peut grâce à lui exprimer n'importe quelle pensée aussi clairement et adéquatement que dans les autres langues, qui ne sont que "naturelles".

Par ailleurs, dès que l'enfant entre à l'école, on ne cesse de contrecarrer sa tendance naturelle à l'assimilation généralisatrice, tendance naturelle chez tout individu, provenant de son cerveau rationnel. Au nom d'une tradition absurde, respecter la langue des ancêtres (tradition qui combat la tendance à communiquer), on force les enfants à dire "j'irai" au lieu de "j'allerai", "vous faites" au lieu de "vous faisez", "des chevaux" au lieu de "des chevals", et une terrible quantité d'irrégularités arbitraires sans justification aucune sur le plan linguistique ou sur celui de l'efficacité. La seule raison en est historique. Ceci se passe dans toutes les langues occidentales, sauf avec l'espéranto qui est non seulement facile à apprendre -car il suit cette tendance naturelle à la généralisation-, mais de plus, quand on l'a parlé depuis déjà quelques années, il se loge dans la partie la plus intime de notre esprit, le problème pouvant alors parfois devenir de dire dans sa langue maternelle ce qu'on pense en espéranto!


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


6) Pour qu'une langue fonctionne correctement, il faut qu'elle soit naturelle, c'est à dire, qu'elle soit apparue dans un pays concret, possèdant une culture donnée.

Plus qu'une question, cela ressemble à une affirmation dogmatique, qui n'est en rien reliée à la réalité. L'espéranto est né dans un pays précis, à cause d'une intolérance raciste, linguistique et nationaliste (dans une région de Pologne, qui alors était soumise à la Russie) avec un but précis: démocratie, accès pour tous et tolérance. Elle est apparue dans l'esprit d'un homme réel, exactement comme les mots de n'importe quelle langue. Et en plus, elle est neutre, ce que ne sont pas les langues dites "naturelles". Et pourtant elle fonctionne parfaitement, comme on peut le voir d'après les congrès qui se tiennent chaque année en espéranto. Ce sont les seuls congrès internationaux sans traducteurs, car la traduction (si elle se fait) a toujours lieu dans le cerveau des auditeurs.

De toutes façons, cette réponse clarifie bien quelle est la culture des espérantistes, n'est-ce pas?


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


7) L'espéranto est un codage sans envergure, qui peut convenir comme jeu de gosses, mais impropre à développer de vastes littérature et culture, comme sont celles de la France ou de l'Espagne.

L'espéranto est né pour être un moyen de communication et d'information entre diverses communautés. C'est un souci auquel ne pourrait aspirer un codage élémentaire. Qu'il soit simple ne signifie pas qu'il soit inefficace. Le code interne des ordinateurs n'a que deux éléments (le 0 et le 1) et pourtant on peut en faire des merveilles.

En vilagxo de la Mancho, kies nomo mi ne volas memori... est le début de L'ingénieux Don Quichotte de la Manche, de Cervantès, en espéranto. En plus de toutes les oeuvres de ce génie espagnol, on a traduit en espéranto toutes celles de Shakespeare et des autres grands auteurs de la littérature universelle. Beaucoup de livres traduits en espéranto ne l'ont pas été en français, en anglais, ni en espagnol, et de plus il existe une vaste littérature originale en espéranto. Cette langue peut VRAIMENT développer une vaste littérature. La différence, c'est que cette littérature est indépendante des caprices des grandes entreprises d'édition qui d'habitude décident arbitrairement quelles oeuvres méritent d'être traduites ou pas. Des oeuvres comme Kate Vala, par exemple, ne sont disponibles qu'en espéranto (à part leur langue d'origine). Et la grande différence, c'est que le traducteur est toujours un locuteur natif de la langue cible, contrairement à ce qui se passe pour les traductions à partir d'autres langues.

En ce qui concerne l'amplitude de la culture, celle de l'espéranto touche le monde dans son entier, ce qui en fait la plus vaste de toutes.


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


8) L'espéranto est une langue qui n'évolue pas

Si évoluer signifie simplement changer, ceci n'est vrai qu'en partie. Les caprices de l'évolution de certaines langues obligent leurs locuteurs à étudier sans arrêt pour continuer à dire la même chose... Mais l'espéranto, lui, evolue sans cesse pour répondre à de nouveaux concepts, de nouvelles idées, et les mots qui apparaissent dans la langue, le font comme ceux qui se créent dans les autres langues. Mais en espéranto ceci se passe de façon raisonnée et logique, évitant la copie servile. Contrairement à ce qui se passe en anglais, espagnol ou français, l'espéranto tient généralement compte des recommandations de son Académie.


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


9) Si l'espéranto évolue, il se formera différents dialectes, de telle sorte qu'au bout de quelques années seront apparues de nouvelles langues, donc la barrière linguistique se dressera à nouveau.

Les locuteurs de l'espéranto ne vivent pas tous dans le même pays, mais sont répartis dans le monde entier. Chacun d'eux utilise sa langue vernaculaire dans la vie quotidienne, et recourt à l'espéranto uniquement lors de conversations avec des gens d'autres origines. Nous autres espagnols, pouvons-nous dialectiser l'anglais? Les anglais peuvent-ils dialectiser le français? Et le russe?

L'espéranto n'a jamais prétendu -ni ne prétendra jamais- usurper la place de quelque langue nationale que ce soit, et si un jour elle se mettait à le faire, les espérantistes l'abandonneraient problablement. L'espéranto vise précisémment à empêcher qu'une langue nationale se substitue aux autres langues et cultures -comme l'a fait l'anglais avec le gaélique et l'espagnol avec les langues indiennes précolombiennes- c'est sa principale raison d'être, et sa principale force.


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


10) L'espéranto est une langue sans culture

La culture d'une langue nationale est nationale. la culture d'une langue internationale est internationale. Les espérantistes cultivent la tolérance, l'altruisme, les relations internationales égalitaires, la littérature et l'art. C'est avec cela que l'on créera la vraie culture de l'Humanité. C'est pourquoi l'espéranto est une langue de culture.


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


11) Personne ne parle l'espéranto. C'est une tentative ratée.

Depuis 1905 on organise tous les ans un Congrès Universel d'espéranto, auquel assistent des gens du monde entier. En 1993 on a célébré le 78 ème à Valence (Espagne). Quand j'ai commencé à écrire ceci, le 80 ème se déroulait en Finlande. Parmi les quelques millions de gens qui parlent espéranto dans le monde, il n'est possible (pour des raisons économiques, professionnelles ou politiques) qu'à quelques milliers de se réunir dans une même ville, chaque année différente, mais cependant ils sont en nombre suffisant pour démontrer de façon éclatante que cette affirmation est fausse.


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


12) L'espéranto est une utopie

Oui et non. On confond souvent utopie et chimère. Une utopie est une chose à laquelle on aspire, qui devrait exister, et à la réalisation de laquelle on devrait tous travailler, comme par exemple la paix dans le monde, l'avènement de la justice, le développement des libertés, et un tas d'autres choses que tout le monde comprend et désire. Une chimère par contre est quelque chose qui n'existe pas, comme les dragons, les fées, les sorcières, les chevaux ailés et la semaine des quatre jeudis. Il est tout à fait possible que les utopies mentionnées ci-dessus (parmi lesquelles se trouve celle de faire se comprendre tout le monde, c'est à dire l'espéranto) ne se réalisent jamais. Il n'empêche que l'on doit travailler également pour toutes, et il existe de nombreuses organisations y oeuvrant, par exemple Greenpeace, les Verts, Amnesty International, et l'Association Universelle d'Espéranto, dont il est à souhaiter qu'elle réussisse, même si les espérantistes ne sont pas unanimement d'accord avec toutes ses orientations.

"Utopie" est le titre d'une oeuvre écrite par Saint Thomas Moore (homme d'état anglais assassiné par Henri VIII) qui traite d'une cité idéale où tous les citoyens vivraient en paix et harmonie. Par contre, une chimère est un animal de la mythologie, qui était censé avoir une tête de femme, un corps de lion et des ailes d'aigle. Confondre les deux choses c'est confondre nos songes les plus nobles avec nos pires cauchemars.


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


13 Où peut-on apprendre l'espéranto?

N'importe où dans le monde. L'Association Universelle d'Espéranto (UEA), dont le siège est à Rotterdam, édite un annuaire avec les adresses de tous ses délégués, et les associations nationales de chaque pays, auxquelles vous pouvez vous adresser.

De plus il existe différents cours d'espéranto sur ce réseau, que vous trouverez sans doute faciles, mais si toutefois ce n'était pas le cas, vous pourriez soit m'envoyer un message: jesuo@ono.com, soit m'écrire à l'adresse suivante:
Jesuo de las Heras, Apartado 4461, E 30080 Murcia, Espagne, et je vous renseignerais sur la façon la plus rapide pour contacter un professeur d'espéranto.

De plus, il existe des cours d'espéranto publiés pour l'apprentissage autonome, comme la célèbre méthode Assimil, et périodiquement; les groupes espérantistes du monde entier organisent des cours gratuits ou des stages. Si vous n'en trouvez pas près de chez vous, envoiez-moi une lettre ou un message, et je vous indiquerai avec plaisir l'adresse de quelqu'un qui pourra vous aider dans votre région.

Si ce que vous cherchez est un livre pour toute la vie, avec grammaire et exercices, et avec de plus support sonore en cassettes, et si vous parlez l'espagnol, je vous recommande le livre "Cours pratique d'espéranto", du professeur Félix Navarro Clémente, qui détaille en 120 pages illustrées la grammaire de l'espéranto, et est accompagné de cinq cassettes . Si vous voulez la référence complète, cliquez ici.

Mais la façon la plus rapide, c'est de cliquer avec la souris cette phrase pour aller directement au cours d'espéranto que nous avons élaboré le délégué d'UEA à Murcia et moi. Plus tard, vous pourrez visiter les pages web exclusivement écrites en langue internationale. Vous pouvez aussi suivre le cours internet pour francophones "Gerda malaperis" à: ou la Grammaire possant ici


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


14) "Espérantiste", ça sonne comme "adventiste" ou "spiritiste"... L'espéranto, ce n'est pas une sorte de secte?

Evidemment! Et ça sonne aussi comme "dentiste", "journaliste", "archiviste", pour ne pas dire "arriviste" ou "optimiste". L'espéranto n'a jamais été une société secrète comme les franc-maçons ou les rose-croix, mais est ouvert à tout le monde. Certains espérantistes sont croyants, alors que d'autres sont athées. On ne peut absolument pas classer les espérantistes comme un groupe homogène de gens, car c'est un ensemble très varié de personnes dont l'unique intérêt commun se limite -pratiquement toujours- à son désir de communiquer. Ce serait plutôt quelque chose comme les radio-amateurs (à cela près que nous somme plus critiques qu'eux en ce qui concerne les langues...).

Rejoindre la communauté espérantiste ne signifie ni se couper du reste du monde pour rejoindre une "famille" de substitution qui prétendrait répondre à tous les problèmes, ni se dépouiller de ses biens ou de ses convictions pour suivre un "gourou". Cela n'implique même aucun choix politique particulier, puisque les espérantistes se recrutent dans toutes les familles politiques


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


15) Qui sont les expérantistes? Et que sont-ils?

Ce sont des gens de toutes les origines sociales et de tous niveaux culturels. Certains adhèrent à l'Association Universelle d'Espéranto, d'autre appartiennent à des associations ou des fédérations nationales ou internationales d 'espéranto (y compris la SAT ou Association Mondiale Anationale) . Mais il y a aussi des espérantistes qui n'appartiennent à aucun club ou association. Pour cette raison, il est difficile d'en donner un nombre exact. En 1966 il a été réuni 70 millions de signatures dans le monde entier pour demander que l'on débatte au sein de l'ONU de l'adoption de l'espéranto comme langue officielle (ça aurait été la 8 ème), mais le Secrétaire Général, M. U-Thant, faisant preuve d'un talent assez peu démocratique, refusa d'accéder à cette proposition.

En plus des associations à vocation générale, citées dans le paragraphe précédent , il en existe d'autres de dimension mondiale, mais à vocation plus spécialisée: philatélistes, écrivains, cheminots, athées, musiciens, poètes, catholiques, oomotos, historiens, mathématiciens, philosophes, radios-amateurs, astronomes, éducateurs, et bien d'autres encore. Beaucoup de ces associations éditent leurs propres revues et se réunissent eux aussi en congrès internationaux thématiques, qui utilisent la langue espéranto.


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


16) Vous croyez qu'on jour l'espéranto s'imposera?

Non seulement je ne le pense pas, mais j'espère bien que non.

Une des raisons pour lesquelles je me réjouis d'être espérantiste, c'est parce que j'ai grand plaisir à la fréquentation des mots dans toutes leurs nuances et subtilités (et en ce domaine, l'espéranto est unique), et c'est pourquoi vous me permettrez de me démarquer de la nuance de violence implicite dans le mot "imposer". Les idées sensées, comme celle que la Terre ne soit pas plate, ni le centre de l'Univers, ou que la justice soit nécessaire, ne se sont pas "imposées", il serait plus juste de dire qu'elles ont été "adoptées", c'est à dire qu'en fin de compte chacun les a faites siennes. Une idée peut être défendue, mais ne peut jamais être imposée. Et l'espéranto n'est pas une foi religieuse ni une équipe de foot, c'est pourquoi elle ne cherche pas à réaliser des conversions, ni à s'attirer des partisans inconditionnels. Si demain il apparaissait une autre langue ou un autre procédé plus rapide et efficace pour parvenir à une communication universelle, je conseillerais personnellement de s'en servir, et même je me consacrerais à promouvoir ce ralliement. (Ceci, curieusement, est vraiment arrivé au siècle dernier, quand les partisans du Volapuk, langue internationale antérieure à l'espéranto, découvrirent ce dernier: les volapukistes de la ville allemande de Nuremberg adoptèrent tous comme un seul homme la nouvelle langue, en espérantisant jusqu'à la revue qu'ils éditaient.)

De plus, l'espéranto n'est pas une langue parfaite, loin de là. Pourtant, c'est la solution la moins mauvaise qui existe de nos jours, pour venir à bout des barrières linguistiques et culturelles. Je suis persuadé que dans un futur pas très éloigné, quand le vénéré et chimérique multilinguisme de l'Union Européenne (en gros: que chacun sache le plus possible des autres langues, soit 15 au total) nous aura conduit à la faillite, au sens le plus concrètement économique du terme (alors qu'il n'y a encore que neuf langues officielles, on investit 1.400.000.000 francs françaises par an rien que pour la traduction et l'interprétation des sessions du Parlement Européen), alors, les solutions viables ne seront qu'au nombre de deux:

  1. Hégémonie d'une seule langue (anglais, allemand ou français) ou bien
  2. Adoption de l'espéranto, malgré les réticences de certains politiques.
En cette matière, le reste du monde a déjà montré l'exemple à l'Europe: le Swahili est la langue-pont de l'Afrique de l'Est, et en Asie, tout le monde sait lire les caractères chinois.

Une fois que l'Union Européenne l'aura adopté, les autres Occidentaux suivront le même chemin, et il est probable que les autres pays en feront autant, puisqu'il est plus facile que l'anglais, qui leur donne bien du fil à retordre.


Questions ~ Suivante question ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~


17) Qui sont les ennemis de l'espéranto?

En premier lieu, les pays anglophones, ou plus exactement, leurs gouvernements (car une partie de leurs citoyens s'intéresse aussi à l'espéranto). Pourquoi? Parce que tant que l'anglais sera la langue la plus "importante" du monde, on vendra plus les films, romans, chansons et autres produits (et sous-produits) de la culture angloaméricaine. Cela procure beaucoup d'argent et de ce fait, donne un pouvoir.

En second lieu, les élites qui, dans chaque pays dominent l'anglais, et donc servent d'intermédiaires entre la masse de la population -ne sachant pas l'anglais- et les produits ou personnes d'origine anglaise ou américaine. Il est bien connu que les produits agricoles sont vendus par l'agriculteur vingt fois moins cher que le prix du marché (ou parfois même moins encore). La différence est empochée par les intermédiaires. Sur le marché linguistique et culturel, il se passe la même chose. Tous ces gens qui cultivent l'anglais et qui envoient leurs enfants étudier en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis, ne sont pas disposés à tuer la poule aux oeufs d'or. Ils sont généralement installés à des postes socialement bien considérés, dans les "relais d'opinion" (maisons d'édition, stations de radios, télévision, journaux, établissements d'enseignement). Un des demi-mensonges qu'ils lancent périodiquement, consiste à dire que "Tout le monde étudie l'anglais". Mais ce qu'ils se gardent de dire, c'est combien de ceux à qui on l'a enseigné le savent vraiment.

Pourtant, le principal ennemi de l'espéranto, c'est l'ignorance, et le manque de réflexion du public en général. On leur dit que l'esperanto est une langue "artificielle", (en insistant sur "artificiel", comme quelque chose de puant, alors qu'au contraire ils encensent le cinéma, l'automobile, et toutes sortes d'autres créations bien plus "artificielles", en un double language malhonnête).

Ou bien que c'était une bonne idée, mais qu'il a complètement raté.

Mais s'il a échoué depuis si longtemps... pourquoi continue-t-on d'en parler? Le Novial, le Volapuk, l'Interlingua, Le Basic English, et bien d'autres ont échoué, et plus personne n'en parle ni ne les parle. Pourquoi donc continue-t-on à parler de l'espéranto? Et si c'était tout simplement parce qu'il est faux qu'il ait raté? Ne serait-ce pas parce qu'on voudrait qu'il échoue? Et bien non, mes chers amis: il n'a pas raté. Et il ne disparaitra pas, tant qu'il restera des gens souhaitant comprendre leur prochain.

La raisonnement ci-dessus, trop peu de gens le font, et au contraire on gobe les "vérités officielles" énoncées par de "doctes spécialistes", sans savoir que ces derniers n'ont jamais fait l'effort préalable de vérifier le fondement de ce qu'ils affirment. Cette ignorance concernant l'espéranto et ce qu'il représente (communication planétaire au niveau de la population dans son ensemble, entre non-experts, les citoyens de base de toutes les cultures) est très cultivée par les politiques actuels de toutes les tendances, et de tous les pays (à l'exception du Parti Radical italien). En fin de compte, si nous tous, citoyens ordinaires -tous ensemble- étions plus critiques et avions plus les pieds sur terre, au lieu de nos laisser pièger par les tubes cathodiques, nous n'en serions pas où nous en sommes.


Questions ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~





















Questions ~ Cahiers du Sud ~ Cahier 36 ~ Espéranto Espagne ~























Note préliminaire: Quelques lecteurs de cette FAQ (foire aux questions) se sont plaints du ton arrogant de quelques réponses. Rien n'est plus éloigné de nos intentions que de sembler arrogants, et nous regrettons que notre confiance en nos idées ait été interprétée de cette manière.

Bien que nous ayons tenté de présenter des textes les plus simples possible et facilement compréhensibles -et en ce sens nous sommes reconnaissants à toute critique constructive- il est possible que nous ayons été influencés par notre profession, car nous enseignons tous deux l'anglais et sommes espérantistes depuis plus de vingt ans.

Pourtant, ce qui est digne d'être analysé, c'est bien la justesse ou l'inadéquation des arguments, plutôt que le fait de savoir si le ton est arrogant ou non...

L'auteur et la traductrice


~ Revenir ~